Présentation

HISTORIQUE DU VILLAGE

Darois est un village ancien


L'implantation humaine sur le plateau de Darois remonte à des temps très anciens. Un camp en éperon barré dénommé Châtelet d'Etaules situé en grande partie sur le territoire de Darois était occupé dès le Néolithique (période préhistorique entre -5000 et -1000 av JC).

L'église de Darois, qui est un indicatif assez sûr de l'implantation humaine, existait déjà en 438, au temps de Saint-Germain d'Auxerre.


Vers les 11e et 12e siècle, celle-ci semble même être «église-mère » de celle d'Etaules, Innocent II ne donnant à l'église d'Etaules que le titre de chapelle, ce qui confirme l'existence d'une communauté villageoise assez importante à cette époque. Ce n'est d'ailleurs pas étonnant puisque les plateaux furent longtemps bien plus peuplés que la plaine, celle-ci ne voyant son véritable essor qu'au 18e et 19e siècle avec les travaux d'amendement et de drainage des sols.
Rattachés au bailliage (circonscription d'un bailli, agent du roi chargé de la fonction administrative et judiciaire) de Dijon en 1429, Darois et Etaules ne formaient qu'une seule et même seigneurie appartenant au chapitre (collège de chanoine) de la Sainte-Chapelle de Dijon. Val-Suzon, Sainte-Foy et Le plain d'Ahuy furent réunis à la Sainte Chapelle en 1489 par Innocent VIII.


L'église de Darois fut rebâtie en 1677 au frais de M. Gault, trésorier de France. Les abbés de Saint-Etienne et Saint-Seine se disputèrent longtemps les droits utiles et honorifiques de la cure de Darois, mais par jugement rendu d'autorité apostolique par Saint-Etienne, abbé de Citeaux, et par Saint-Bernard, il fut décidé qu'ils y nommeraient alternativement.


Situé sur la route historique qui reliait Dijon aux sources de la vallée de la Seine, Darois restera cependant un village modeste au cours des siècles. A la fin du 18e, on y comptait une cinquantaine de personnes. Comme dans bon nombre de villages d'alors, ce chiffre s'est sans doute sensiblement accru vers le milieu du 19e. Puis le village ne se développera pas avant la deuxième moitié du 20e siècle, et prendra alors un réel essor.

TOPONYMIES

Darois a eu une succession de dénominations attestant de son existence assez ancienne :


• Darilla en 802,
• Daurois en 1245,
• Darroy en 1387,
• Derrois en 1423,
• Darroye en 1646.


Le nom du village de Darois et notamment le nom Darilla est peut-être dérivé d'un nom d'homme mystérieux. Une autre hypothèse consiste à dire que le nom est construit sur le gaulois « derwo », signifiant chêne ; la forme actuelle pourrait être un « Derwetum », lieu planté de chênes.


Plusieurs documents nous indiquent la présence de la « motte féodale » de Vaudry sur Darois qui peut attester de l'existence d'une place forte ou d'un château. Aucune autre information ne nous a permis de définir le positionnement et de confirmer l'existence de cette motte féodale.